Se détester

Tellement de temps a passé. Me voilà au seuil des mes 45 printemps, tout est arrivé si vite, les mois se sont enchainés et je n'ai plus rien écrit ici, soit parce que j'étais trop heureux, soit parce que j'étais trop malheureux. Peu de choses ont changé finalement. Tout de même, j'ai perdu pas mal de kilos et je me sens mieux dans mon corps. Cela m'a aidé à rencontrer la gente féminine durant l'année 2016 en faisant deux belles rencontres.

En juin, je rencontrai S. alors que ma relation avec R. se terminait. S. était en couple avec un enfant, malheureuse depuis des années, elle ne vivait plus mais vivotait ou, comme je l'aurais dit, "survivais". Ce fut le coup de foudre immédiat et nous passâmes un grand mois formidable, entre les grèves des trains où nous retrouvions chez moi, en cachette de son compagnon. Tout cela était magnifique. Puis vint une nuit où S. me parlait de ses attentes, de sa vision du couple et où je n'entendis que ce que je voulus bien. Le lendemain, le charme ou l'enchantement était rompu. C'était tout à fait incompréhensible, comme un tilt dans le tête et une énorme angoisse. Les jours suivants, de violents maux de tête apparurent puis des maux de ventre, des crampes. Je n'étais plus moi mais une seule boule d'angoisse. Ce fut d'une violence indicible et je la quittai, en pleurs au téléphone. Je pleurai ensuite pendant deux jours complets, c'était incroyable. Je ne comprenais rien...

Plus tard, je réfléchissai et je compris que c'était un comportement répétitif, un pattern qui m'était arrivé avec N. mais aussi avec toutes les suivantes. Dès que la fille montrait de l'attachement ou de l'amour pour moi, c'était fini, j'angoissais à mort et le sentiment d'amour disparaissait. Une fois ceci constaté, j'ai repris contact avec S. et avec son aide et mes explications, notre relation a repris.

Aujourd'hui, six mois plus tard, malgré le fait d'avoir vécu des choses magnifiques, malgré le fait que nous nous entendons parfaitement, l'angoisse est telle que j'ai dû commencer à prendre des antidépresseurs car je ne cesse plus de pleurer. J'ai également commencé une psychanalyse qui me fait beaucoup de bien. Cependant, la relation est au point mort, en phase pause car je me sens tellement mal qu'il est difficile d'être positif et de vivre cela pleinement. Je suppose que tout cela mènera à la fin de cette relation. Je me détesterai d'avoir tout gâcher, avec cette fille formidable qu'est S. Je veux comprendre pourquoi tout cela arrive. Je suis perdu et désespéré. 

 

Les commentaires sont fermés.