L'envie d'écrire

Cela fait des mois que je n'avais aucune envie d'écrire. Je ne l'explique pas bien, c'était juste comme ça. Aujourd'hui matin, je me lève et l'envie est là. Autant en profiter. Pourtant j'ai l'impression de ne pas avoir des choses intéressantes à écrire car ma vie me semble particulièrement atone. Atone mais agréable tout de même. Je ne me plains pas. Concernant les conditions matérielles, c'est toujours mieux, je gagne bien ma vie, je fais des beaux voyages. J'ai de chouettes amis. Cela bloque toujours du côté sentimental. Je vis seul, je n'ai pas eu beaucoup d'aventures l'année passée mais quelques-unes et c'était déjà bien. J'arrive à me contenter de peu car l'espoir de rencontrer quelqu'un reste faible. J'écris "faible" car je ne perds pas tout espoir. Il s'agit d'un possible. J'ai 42 ans et je ne suis pas encore foutu... mais la perspective d'une vie en couple semble s'éloigner. L'année passée, j'ai tenté de remettre mes idées au clair, j'ai consulté un psy pendant un an, deux fois par semaine. Si le fait d'avoir un endroit pour s'exprimer m'a fait du bien, je dois bien constater ici que cela ne m'a pas changé ma vie. 

Je ne sais pas bien ce qui pourrait changer ma vie, ni pourquoi je vis seul alors que tous mes amis sont en couples, se séparent, se remettent en couple et que tout cela a l'air bien huilé. Je cherche toujours où est ma faiblesse. J'ai toujours la piste génétique avec mon problème (problème génétique à la naissance+stérilité). Cela restera une question à laquelle je n'aurai pas de réponse, la science était incapable de me répondre. Il en résulte que je ne me sens pas entier et que je suis insatisfait de ma vie, qu'il me manque quelque chose. Malgré tout, hors les moments de déprime, je suis assez intelligent pour profiter malgré tout de la vie et de tenter d'oublier ce manque. Je donnerai tout ce que je possède pour vivre une histoire amoureuse dans la réciprocité.

 

Le mois de décembre, je suis parti sur la côte Ouest du Canada pour faire un Noël en famille. J'ai visité Vancouver, des îles, Seattle. Voyage qui a fait du bien, retrouvailles de mes nièce et neveu. Un Noël entouré de personnes que j'aime. Un mois de paix. Le Canada est un pays agréable avec des gens polis et gentils. Il y a moins de tension, l'immigration y est plus intégrée et cela se passe en bien meilleure harmonie que dans nos démocraties fatiguées. Je serai bien resté là d'autant plus que ... au retour, malheureusement, les attentats de Paris et l'horrible impression que cela ne fait que commencer me sautent à la figure.

J'avoue avoir parfois de mauvaises pensées, radicales elles aussi, en ce qui concerne le traitement à infliger aux terroristes et aux islamistes. Des pensées non humanistes qui m'étonnent moi-même et qui sont incompatibles avec la démocratie que je chéris. La colère sans doute devant autant d'ignorance et de mépris de la vie humaine.

Les derniers événements en Belgique m'ont aussi touché ; l'attitude putassière des syndicats de gauche et de centre gauche... Cela fut tel que j'ai décidé de m'engager un peu plus en politique et que j'ai pris une carte de parti politique. Cela fait longtemps que j'ai compris que j'avais des idées libérales et qu'il est temps que je participe à la vie de la cité. D'autant plus que cela m'occupera et cela me fera rencontrer de nouvelles personnes. J'ai pu constaté que je suis devenu profondément antisyndicaliste et que j'estime que ces groupements posent un problème démocratique car en Belgique, ils n'ont aucune responsabilité juridique et brasse des millions d'euros, tels des mafias. Je dois rester juste mais il faudra pour cela faire des efforts sur moi-même et ne pas sombrer dans le poujadisme.

C'était les quelques nouvelles, j'espère que je reprendrai durablement goût à l'écriture car j'aime ce moment, où l'on se pose et durant lequel on peut réfléchir sur soi-même et le monde qui nous entoure.

A lire en écoutant l'album Lost in the dream de The War on drugs. 

 

Les commentaires sont fermés.