La vie continue

Des nouvelles. Des nouvelles pas très neuves et certainement très floues. J’ai redressé la barre, je suis sorti de ces mois de détresse et de désespoir. Cela ne signifie pas que j’ai trouvé la plénitude. J’en suis encore très loin. Cependant, je fonctionne, je vis et je prends même du plaisir à le faire.  Depuis des mois maintenant, je suis une psychothérapie et j’y trouve beaucoup d’intérêt. Ce qui est intéressant, ces sont les divers éclairages qui sont donnés à mes comportements, à mon incapacité de nouer des relations suivies avec des femmes, les raisons de ce blocage et la recherche de solutions pour faire disparaître mes peurs.

Ces dizaines d’heures de discussion m’ont fait prendre conscience du fait que c’est surtout de l’échec et du refus dont j’ai peur quand j’approche une femme... et aussi de la gêne que ce refus entrainera. Je préfère alors toujours ne rien faire, prendre la posture de l’homme qui deviendra l’ami et non l’amant. J’excelle au plus au point dans cette posture. Déjà à l’école secondaire, j’avais mis inconsciemment ce stratagème. Mes amies étaient les plus jolies filles de l’école, les plus sympas. Elle sentait bien que je n’étais “dangereux”, mot que j’ai utilisé sans y faire attention, ce que le psy a directement relevé évidemment. Pour moi, pratiquer le jeu de la séduction était une chose dangereuse ou embêtante pour les femmes, comme si l’homme seul voulait la relation et que la femme, de facto, n’en avait pas envie et était ennuyée ou mise en danger par l’homme. Or, je me rends bien compte que la femme également est en demande d’une relation, qu’elle aussi à un désir. Une fois cela compris, il me suffira alors de dépasser la peur du refus et de pouvoir accepter celui-ci sereinement. Ceci concerne donc uniquement le travail d’approche. Il reste encore à gérer la relation, ce qui est bien plus difficile.

Les femmes, dans leur entité abstraite, m’ont toujours paru des espèces d’êtres merveilleux, inapprochables, hermétiques (dans le sens d’incompréhensible). Je pense que ce blog, à la relecture, ne peut que réveler cet état des choses dans mon esprit.

Côté professionnel. J’ai été promu et fortement augmenté, me voilà dans la tranche des 20% les mieux payés de Belgique et totalement autonome jusqu’à la fin de ma vie si je ne tombe pas malade. L’argent ne fait pas le bonheur, cependant, j’avoue que totalement à l’aise voire plus qu’à l’aise dans ce domaine est très agréable pour supporter cette vie de célibataire.Côté contenu, je suis en pilote automatique et il sera bientôt nécessaire de retrouver de nouveaux challenges.

 

Que faire maintenant ? Intégrer ces données découvertes dans le plus profond de mon inconscient. Ne pas attendre le bonheur d’une femme. Le trouver soi-même puis le partager. Continuer la réflexion. Réécrire plus souvent ici.

 

Commentaires

  • écrire plus souvent? ça fait déjà un mois sans écrit ;-)
    au plaisir de te lire prochainement :-)

  • haha je viens de voir ton message. Je crois que j'ai un peu menti ;-)

Les commentaires sont fermés.