• Affres

    Les femmes sont compliquées et pourtant, il n'y a pas de plus grand bonheur que d'être dans les bras d'une femme, de se sentir désiré, de se réveiller à ses côtés et de se dire que peut-être, ce bonheur se répétera les jours suivants jusqu'à la fin de la vie.

    Encore une fois, je n'ai pas de mot pour décrire le bonheur que cela a été de passer nuit et matinée avec H. ; se réveiller et se dire que l'espoir existe pour qu'il ne s'agissait pas d'une nuit comme les autres où la chair n'était que le seul but. J'étais bien, j'étais heureux. Elle m'a dit que l'on se reverrait une semaine plus tard et qu'elle voulait revoir la ville où j'y habite car elle y avait vécu quand elle avait 18 ans. Je la revois donc dans deux jours si elle ne change pas d'avis. 

    Je suis à la fois content et troublé. L'espace qu'elle met sciemment entre nos rencontres me trouble profondément. Je dois prendre mon temps et je le sais mais je me dis aussi qu'un début de relation aussi lent est difficile à supporter. C'est dans le début que l'on a le plus envie de se voir normalement. Pas elle visiblement. Deux questions à me poser : est-ce le début d'une relation? A vrai dire, je n'en sais rien. Après le carnaval, c'est elle qui a repris contact avec moi et qui a demandé à me revoir, elle a donc un intérêt pour moi... et pourtant, elle a besoin d'espace et de temps, le tout est de comprendre pourquoi. Peut-être devrais-je lui demander? Hésite-elle ou est-ce son fonctionnement normal? Tant de questions.

    A 40 ans, je ne parviens toujours pas à vivre cela de manière zen. J'ai tellement envie que cela marche que je vis cela sans le recul nécessaire. C'est toujours comme cela. J'espère que ma thérapie pourra y changer quelque chose. Les femmes continuent de m'impressionner, je ne les comprends pas, je ne parviens pas à être moi-même dans une relation amoureuse, je suis perdu. 

    A écouter en lisant ce post, Warpaint avec le titre Baby sur l'album The Fool.