Doux dimanche, fille vénéneuse

Ce dimanche, plutôt que d'attendre notre rendez-vous de jeudi, j'ai invité H. à une exposition aux Beaux-Arts, celle de mon peintre préféré Kandinsky. Elle n'a pas tardé à répondre par l'affirmative et nous nous sommes retrouvés là-bas, à Bruxelles. Ce fut l'expo, puis un bar à vin où je pus étaler ma science oenologique puis un délicieux resto. Un dimanche doux à ses côtés, c'est déjà cela de gagné. Les toiles de Kandinsky rayonnaient de leurs mille couleurs devant mes yeux ébahis.

Plus tard dans la semaine, elle reportait notre rendez-vous de jeudi au jeudi suivant sans faute. Prise de distance évidente de sa part, mais sans couper le cordon car je suppose qu'elle m'aurait dit simplement qu'elle ne voulait plus me voir si telle était son désir. Les femmes sont compliquées. Pour moi, c'est simple, j'ai envie de la voir et je la vois. Non une femme doit souvent jouer tout un jeu (ce que n'a jamais fait N. et je l'en remercie beaucoup pour cela). Je ne sais pas si je suis capable d'encore supporter cela. Il le faut pourtant, comme dirait mon psy, là est tout le jeu de la séduction. Le problème est que je n'ai plus trop les nerfs pour cela et il est vrai que hier, j'étais hésitant et j'avais envie de lui envoyer un message pour lui dire que je préférais ne plus la voir, ne me sentant pas capable de supporter le "jeu".

Je pense que H. est une fille vénéneuse, dangereuse pour mon équilibre vu certains traits de son caractère mais je suis attiré par elle ; c'est aussi intéressant de voir pourquoi ce type de fille m'attire.

Il faudra que je m'y fasse. A bien y avoir réfléchi avec mon psy, je crois qu'une femme m'a quelque peu traumatisé (C. avec qui je suis sorti quand j'avais 16 ans et puis 21 ans). Avec elle, j'avais vécu la passion et elle m'a fait terriblement souffrir, puis elle m'a trompé, plusieurs fois. L'enfer. J'ai été marqué à vie. Le but est maintenant de dépasser cela.

Demain, je vois quelqu'un d'autre, S., que j'avais dragué à une fête du boulot avant le carnaval. Elle, c'est tout différent, elle est plus simple mais engagée dans une situation difficile avec son ex-mari. Je ne suis encore engagé d'aucun côté. Avec elle tout serait simple ou presque, pourtant c'est H. qui m'attire par son côté vénéneux et dangereux.

A boire en lisant ce post : une Hautes Côtes de Beaune de chez Parigot, 2009.

Commentaires

  • Bonjour P.,
    Je suis toujours étonné, surtout ces derniers temps, par tes rencontres / aventures avec des femmes attirantes (ce dont je suis bien incapable), mais qui ne débouchent sur rien ; si ce n'est pas le grand amour, qui n'est d'ailleurs pas un but en soi, pourquoi ne "construisez"-vous pas des relations d'amitié amoureuse, de tendresse, qui font du bien à chacun des partenaires ? Le contraste avec la souffrance intense que tu ressens par ailleurs, par manque d'une "vraie" relation amoureuse, de couple, est frappant.

    Quant à moi, ma relation avec N., qui durait depuis deux ans et demi, semble prendre fin ; elle "souffrait" trop dans la relation, exigeait un engagement, une "vie de couple" sociale, elle m'accuse de ne pas lui donner une vraie importance dans ma vie... Des airs connus.
    Si ça s'arrête, je me demande comment je vais supporter le printemps qui se profile, et l'été, saisons de tous les dangers.

  • Bonjour Jean
    Oui construire une amitié amoureuse... peut-être plus tard, j'ai encore l'espoir d'être dans une relation suivie et conventionnelle...

    Quant à ta relation avec N., j'avais justement lu ton blog la semaine passée et je me demandais pourquoi justement, tu n'avais pas envie de lui donner plus, ce qui éviterait le risque de la perdre à jamais et donc de rentrer dans ce genre de relation conventionnelle dont je parlais plus haut... Il y a un moment où il faut poser des choix, lesquels changeront ta vie. Le tout est de jauger si cela vaut la peine.

Les commentaires sont fermés.