Causes et discernement

J'ai beaucoup réfléchi ces derniers jours et je n'ai certainement pas besoin d'attendre le diagnostic pour savoir ce que j'ai. C'est du stress, j'en suis sûr, un stress insidieux et violent. Je savais que depuis un peu plus d'un mois, j'avais exagéré au boulot mais je n'imaginais pas que cela puisse avoir un tel impact sur ma santé. Je n'ai pas été prudent, j'ai tout mené de frond et j'ai bien senti des moments que j'allais trop loin.

J'ai dû allé très loin pour paniquer ainsi de manière déraisonnable. Quand je tremblais à un point tel que je ne pouvais plus tenir un verre en main, il est clair que j'ai paniqué.

Ma situation de célibataire est aussi néfaste sur ce plan. Quand je reviens chez moi, c'est le silence, le silence assourdissant. Personne à qui raconter sa journée, pas de bras pour se blottir, pas de douceur, rien. Alors je fais du sport à n'en plus finir, activités toniques mais qui finalement ne calment pas.

Je partirais bien en voyage à Noël, j'ai dix jours de congés... mais avec qui partir. Encore une autre question.

En attendant, je dois agir, changer ma façon de travailler, arrêter de dire oui à tout le monde, travailler moins tard le soir. Une fois ceci stabilisé, recommencer l'irrémédiable, interminable et indéfinissable quête de l'âme soeur. Cela devient urgent.

Les commentaires sont fermés.