• Dispersion

    Je ne sais plus très bien où j'en suis (pour changer). Ma vie est dispersée, je m'étiole, je me consume, je m'éparpille, je tombe, je me ramasse. J'ai l'impression de faire un peu n'importe quoi. Je ne sais pas pourquoi je vis, ce qui n'aide pas. Cette absence de direction a des conséquences directes sur mes actes. Tout part dans tous les sens. J'exagère dans tous les domaines et il me semble que je deviens parfois un peu pathétique. Je vais presque tous les jours au sport en ce moment et les jours où je n'y vais pas, je vais dans des fêtes multiples avec toujours à la clef des dépassements massifs de la dose d'alcool indiquée. Le but de ces pathétiques manoeuvres étant de rester le moins possible chez moi, de garder le lien social même si parfois, en fin de soirée, ma solitude me revient d'une manière brusque et douloureuse. Avec les femmes, c'est encore pire ; il m'est arrivé beaucoup de petits trucs, des choses que je n'ai point envie de raconter ici car mes ayant-droits n'auront pas besoin d'avoir ces détails... des coucheries d'une nuit, des tentatives de drague d'une fille pendant toute une soirée pour embrasser une autre, dans les toilettes, à la fin de la soirée, des déclarations à la pelle (sans mauvais jeu de mot), des rateaux (oui faisons dans le jardinage) en nombre presque équivalents, certes, la fin d'une timidité ou du moins des tentatives désespérées de rencontrer un membre de la gente féminine que mon physique, mon mental et mon ADN agréeraient. Une copine me disait qu'il y avait deux possibilités qui expliqueraient que je ne parviens pas à garder une femme, soit que je "baisais mal" (sic), soit que j'étais "chiant" (resic). Comment le savoir? celles qui me quittent ont la délicatesse de ne jamais avancer l'une de ces deux explications... Pour le côté sexuel, ces coucheries d'un soir se déroulent souvent alors que les deux participants ont bu un sérieux coup de trop ; comment dès lors analyser la performance aussi rapidement? Quant au fait d'être éventuellement ennuyeux, c'est encore plus difficile à tester... Cela ne m'avance donc pas beaucoup.

    Malgré ce chaos, je ne suis pas désespéré, un peu las tout de même et vraiment inquiet pour le futur. La peur est là, celle de finir ma vie dans cette situation de solitude extrême, de ne trouver aucun sens, d'attendre que la mort me frapper sans aimer et être aimé, le coeur vide et froid.