• Des bas et des hauts

    Le mois de juin a été riche en rencontres de toutes sortes. Finalement, un soir de sortie avec la fille de mes voisins, je suis sorti avec elle. Le lendemain, elle me disait qu'elle voulait mieux me connaître. Cette fille est très jolie mais je ne suis pas amoureux. Peut-être cela viendra-t-il? Je ne demande que cela. Malheureusement, je pense souvent à la V. de mon dernier post. Je l'ai revue tous jours à un festival qui avait lieu près de chez moi. Le 3e jour, je lui ai dit que je voulais la revoir ; elle me promit de me donner des nouvelles endéans les 4 jours, ce qu'elle ne fit pas. Entretemps encore, A., ma collègue, me convoquait à Bruxelles pour un rendez-vous. Elle voulait me dire qu'elle pensait tout le temps à moi et qu'elle voulait d'abord me connaître. J'ai refusé. La façon dont elle m'avait jeté avait rompu tout charme et briser le faible lien qui unit deux êtres inconnus en début de relation ; aussi, à la question de savoir si elle était attirée par moi, physiquement, elle répondit que non. Deux bonnes raisons de ne pas s'empêtrer dans quelque chose d'impossible et au résultat improbable.

    C'était le mois de juin. Juillet est calme, comme tous les autres mois de ma vie passée. La fille de mes voisins est en vacances avec ses enfants. On s'envoie sporadiquement l'un ou l'autre message mais mon coeur ne bat point pour elle. Je dois la voir à son retour et il faudra tout de même décider quelque chose.

    Sinon, rien n'a changé. Je continue d'abhorrer ces jours fériés car je m'y embête et je ressens de manière prégnate la solitude. Chacun vaque à sa petite famille. Heureusement, je fais beaucoup de sport. En deux mois et demi, j'ai perdu sept kilos en allant de cinq à six au sport par semaine, càd presque tous les jours. Mon corps se transforme petit à petit et je me sens bien physiquement. Cela aide le mental à suivre. Je pars prochainement en vacances, très au Sud, avec mes amis de toujours : ce sera l'occasion de prendre du repos afin que les épisodes de stress que j'ai connus au boulot ces derniers mois, ne se répètent plus. Je me rends compte en écrivant ce post que je suis assez las, que je n'ai pas trop envie de bouger aujourd'hui. Je vais me forcer à aller au sport. Ce sera bon pour moi et j'y verrai des gens.

    Quant à la Belgique, on était dans une situation surréaliste, on touche maintenant au pathétique. Je lis les journaux flamands et surtout, les commentaires des lecteurs. Ceux qui les écrivent ont une haine énorme, ils sont terriblement frustrés. Il va être temps d'envisager de se séparer de ce peuple frustré par un passé dont peu de wallons sont responsables. Leur repli nationaliste est pitoyable et ils mettent le bien-être de tous en jeu. J'espère qu'une attaque des marchés financiers ait lieu et que chacun, surtout chaque flamand, réfléchisse à ce que le blocage instauré par leur bande d'abrutis de politiciens haineux, peut engendrer comme conséquences négatives sur leur petite vie de merde.