• Bouteille à l'amer

    Torpeur du soir et solitude. Voici deux circonstances qui poussent à l'écriture ; l'écriture de l'introspection. Je pense beaucoup et tout le temps mais je n'ai plus de courage pour coucher cela sur cet écran. Je suis quelque peu apathique ou du moins, N. me l'a dit de façon discrète. C'est vrai je crois. Tout est un peu à l'arrêt dans une vie assez fade. Des exemples simples me le font remarquer tous les jours. La vaisselle par exemple : elle reste là pendant des jours, parfois plus d'une semaine avant que je ne daigne lever le petit doigt pour la faire. Les démarches administratives restent aussi en rade, les papiers traînent partout et la maison, la pièce de vie, est dans un désordre indescriptible ; cela devient une espèce de tanière de l'ours que je suis devenu. Je sors assez peu, je dois me forcer... voir des gens est certes, bon pour la santé mentale mais j'ai parfois l'impression que tout cela est tellement artificiel qu'il y a des soirs que je préfère rester chez moi et ce, d'autant plus qu'avec les médicaments que je prends suite à mes problèmes de santé, je ne peux boire de l'alcool. Cela limite nécessairement mes sorties car toutes les soirées avec mes amis sont largement arrosées et quelqu'un de sobre au milieu de tout cela se demande réellement sur quelle planète il est tombé. Donc je sors assez peu, le strict minimum car j'en ai marre de supporter tous ces ivrognes...

    Ces deux ou trois derniers mois ont été assez violents au point de vue stress. En effet, j'avais perdu beaucoup d'argent dans l'affaire fortis. Cela m'énervait. J'ai donc commencé à jouer en bourse (Fortis était un simple investissement de bon père de famille (que je ne suis pas d'ailleurs)). Je me suis donc mis en tête de récupérer ce que j'avais perdu en faisant de trading. J'ai déjà récupérer la moitié de ce que j'avais perdu. Cependant, c'est assez épuisant nerveusement et cela engendre du stress. Sûr que jouer à des grosses sommes sur un marché volatil qui peut s'écrouler à tout moment, c'est du sport. Il me reste environ la somme d'une petite voiture à récupérer. Cela fait beaucoup mais je mise sur des actions extrêmement volatiles pour me refaire (comme au casino). Jusqu'ici, cela a pas mal fonctionné mais il est vrai que cela m'obsède ; je vends, j'achète, et quand je suis en congé, il m'arrive d'acheter ou de vendre pour 10 000 euros dans la même journée.  Dans cet univers, on perds vite la notion de l'argent. Un jour, on peut gagner 2000 ou 3000 ou perdre la même chose en deux heures. J'espère pouvoir cesser cela dès que j'aurai récupérer la mise de départ... Il le faut, pour ma tranquillité.


    Autre stress, la vie en général. Le désintérêt que j'ai pour celle-ci ; le fait de me sentir laid. Voici maintenant deux ans environ que N. et moi nous nous sommes séparés. Je la vois encore très régulièrement et j'ai un réel sentiment d'amitié pour elle. J'aimerais avoir de l'amour mais je suis quasi certain que cela ne reviendra jamais ; c'est dommage car elle est en plein questionnement et dernièrement, j'ai cru comprendre qu'elle aimerait donner une deuxième chance à notre couple. Cela est malheureusement impossible et cela me ronge ! Les mêmes questions que je me posais au moment de notre séparation ont donc resurgi et m'ont encore fait une fois très mal. Mon coeur ne bat plus pour elle comme il battait dans les débuts. Cependant, dès qu'il lui arrive quelque chose, cela me touche énormément et je ne peux m'empêcher de penser à elle car je veux pour elle le meilleur. Je ne sais pas bien exprimer ce que je ressens mais c'est comme si mon être entier était empli de bonté à son égard. Pour revenir au sentiment d'être laid, j'ai souvent développé ce thème les années précédentes mais il ne me quitte pas. Je ne suis pas attirant pour la gent féminine et je le sais, je le vois, tous les jours. Ceci me paralyse pour imaginer pouvoir faire la moindre tentative d'approche. Je dois dire que cela me travaille depuis une semaine... trouver quelqu'un. Le matin, parfois, je me dis que ce serait si fabuleux d'avoir quelqu'un à mes côtés dans le lit... mais à d"autres moments , je suis très bien seul... Tout cela, ajouté aux problèmes boursiers, au fait d'être seul et de beaucoup réfléchir me stresse beaucoup et j'ai pas mal de problème de tachycardie, le coeur s'emballe quand je pense trop. Cela me ferait le plus grand bien de tomber amoureux et de penser à autre chose. Pour l'instant, je sais que je gaspille ma vie et que tout cela est une honte sans nom. J'ai la santé, l'intelligence, un bon travail, un paquet de fric et pourtant, je reste dans cette tanière, les yeux fixés sur l'écran et le temps passe, je ne fais rien ou presque, rien de constructif, rien de positif. Je m'insurge sur un tas de choses qui m'énervent comme le port du voile ou la bêtise de certains hommes politiques. Je m'énerve dans le vide comme un moulin à vent. Je sais tout sur tout mais ma vie ne rime à rien. Je m'engonce, je m'enfonce dans des futilités sans cesse. Le seul sens est-il d'aimer? ce qui aurait comme conséquence dramatique de rater sa vie si on n'est pas assez beau ou intéressant ou tout simplement si l'on est timide. En cela, des milliers d'hommes et de femmes qui ne se rencontrent pas, sont en train de rater leur vie, à l'instant, là, dans le monde et je suis parmi eux.

    Pour oublier la vacuité de ma vie, j'ai commencé à jouer à un jeu en ligne... et je dois dire que cela prends énormément de temps; que cela occupe. Il n'y a plus un moment où je m'ennuie mais je sais qu'il s'agit d'occupationnel ; que ce n'est en aucun cas la vrai vie.

    J'aurais bientôt 37 ans et rien ne se passe. Je pense que je rate littéralement ma vie. Il est clair que mon infertilité, découverte il y a quelques années a une forte influence sur la non-vie qui est devenue ma réalité. Je ne sais plus que penser. Il vaut mieux m'arrêter pour ce soir. 

    On pourra dire ce que l'on veut, que l'on peut tout avoir comme moi, un job, la santé, etc. , on peut tout de même passer à côté de sa vie et tout rater.