• Précisions

    Certes, à la lecture du message précédent, on pourrait me croire aigri comme Carole semble le dire dans son commentaire. Disons que ce WE passé avec toutes ces mères ne m'a pas fait du bien. Ce qui m'énerve ce sont ces femmes qui, depuis qu'elles sont devenues mères, ne sont plus que des mères et ont perdu leur statut de "femme". Cela ne rien retire rien à l'envie d'avoir des enfants (que de toutes façons je ne pourrai pas avoir) et au fait que je puisse reconnaître que le seul vrai bonheur est d'avoir des enfants. Ce qui m'ennuie, c'est de subir les conversations des plus inintéressantes sur les circonstances de la nuit de chaque enfant, ce qu'ils mangent ou boivent, etc.Certaines de ces mères reviennent à la réalité après quelques temps, d'autres, plus stupides, restent engoncées dans leur rôle exclusif jusqu'à la fin de leur vie. Il suffit donc d'éviter ces dernières et de plaindre leurs époux.

  • 6 semaines

    Voilà quinze jours que j'ai été opéré... et me voilà avec un genou tout neuf à rééduquer. 6 semaines d'arrêt de travail, à vivre ici, entre quatre murs et quelques escaliers et 300 bouteilles de vin... Du temps pour réfléchir, faire le point et avoir envie d'une nouvelle vie. Plus sportive, plus dynamique et surtout retrouver l'amour ! Me voici bien optimisme cette nuit !

    Je sors de ma léthargie, telle la chenille, après un an de deuil de ma relation avec N. J'espère trouver quelqu'un quand je serai prêt et ce sera pour bientôt, avoir le coeur qui bat, les entrailles nouées, vivre des premiers moments. Je pense souvent à mon premier amour, celui de mes 16 ans, j'aimerais vraiment savoir ce qu'est devenue cette Caroline... mais bon ce sera pour une autre vie. Parfois la nuit, je pleure en me retournant sur le passé et le fait de n'avoir rien construit du haut de mes 36 ans. Je me dirige vers les 40 ans ; je n'aurais jamais cru y arriver pourtant maitenant, c'est du concret... et toujours cette impression d'avoir raté quelque chose, de ne pas être comme tout le monde. Peut-être que je ne produis pas de phéromones...

    Les journées sont longues, devant mon ordinateur, la jambe en l'air... Je vis principalement la nuit et m'en vais dormir vers 5h00' du matin tous les jours. Il sera difficile de revenir à la normale quand ce sera le retour au travail. Je lis beaucoup, j'ai regardé les jeux olympiques, j'ai surfé tant et plus jusqu'à ce que mes yeux en rougissent, j'ai joué en bourse, j'ai regardé des profils sur Facebook... Un nouveau hobby : regarder le bonheur des autres s'étaler sur Facebook, voir les photos des familles et des imbéciles mettant la photo de leur enfant comme photo de leurs profils. Pitoyable. Ou encore pire, d'eux avec leur petite amie, comme s'ils ne se définissaient que par leur conjoint. Pitoyable. Pourtant, je passe mon temps à découvrir ces êtres inconnus et leurs vies qui semblent belles, harmonieuses et toutes les promesses dans les yeux de leurs enfants, ces bébés envahissants qui sont partout, tels des trophées, laids ou beaux et dont on dit toujours qu'ils sont mignons ! Non tous les bébés ne sont pas beaux, cela c'est clair mais personne n'osera jamais le dire à ces mères toutes dévouées qui n'ont plus que les pipi-cacas de leurs enfants à la bouche. Quoi de pire qu'une conversation de jeunes mères avec tous les détails qui se répètent inlassablement. Dernièrement, je me suis rendu à un WE jeu de société, avec une petite dizaines de ces mères. Quel ennui ! Je les ai fuies tout le WE. Je veux bien rencontrer quelqu'un qui a déjà des enfants mais il faudra qu'elle ne soit pas de cette veine-là sinon il y aura des risques de meurtre :-).

    Après cette montée de fiel, je retourne à mes chères études...