• Jamais content

    A ce mariage, j'ai revu C. qui m'a fait part de ses sentiments pour moi, qui m'a affirmé s'être trompée en me larguant il y a quelques semaines. Me voilà donc à nouveau avec elle. Mais cette fois, j'ai des doutes sur mon amour pour elle. Tout cela me fait un peu peur : elle a un enfant, vient de divorcer, cherche à refonder une famille.Je ne suis pas du tout prêt à cela. De plus, même si son enfant de trois ans et demi est adorable, j'ai peur que cela contraigne ma liberté voire notre liberté. Bref, je veux d'une vie de couple dynamique et pas celle autour d'un enfant qui n'est pas le mien. Et puis, je ne sais si je l'aime... mais chaque fois que j'ai été passionné... tout a foiré ! Je me dis que peut-être cette fois, construire quelque chose plus lentement peut éventuellement mieux fonctionner. Bref, me voilà indécis et plutôt inquiet que heureux.

  • Tas d'âmes...

    La diversité du monde m'étonne tous les jours, ces femmes et ces hommes dans une grande gare par exemple. Combien de rencontres possibles qui n'arriveront jamais? Combien de femmes pourrais-je aimer dans cette multitude? Le présent est différent : je suis seul au milieu de la foule, anonyme et seul. C'est comme dans cette nuit de beuverie à Liège. Tant de rencontres possibles et rien n'arrive...

    Demain, le mariage d'un ami, un de plus qui a trouvé et s'engage pour le bonheur éternel...ou en tous cas au moins temporaire. Bientôt, je serai le seul non marié (et pas en concubinage au surplus). Les autres construiront et moi je serai dans cette chambre à dicter mes états d'âmes à un écran aveugle.

  • Quadrature de la nuit

    J'ai passé ma nuit dans le carré à Liège. Une nuit de folie festive qui cache la forêt de désespoir dans laquelle je m'engonce de plus en plus. J'ai mal supporté de voir ces couples heureux et amoureux ; je les enviais ; je les jalousais ; je ne pouvais que boire et boire et boire pour ne pas penser. Je suis rentré à 7h30'. Moins riche mais pas plus heureux. Plus saoûl surtout. J'ai l'impression que la moitié de la terre s'aime pendant que je vis mon existence minable. Et depuis que je sais que je ne serai jamais père, j'ai l'impression que mon existence ne pourra être qu'égoïste. Bref, tout cela aujourd'hui est franchement insupportable.

  • Se relire

    J'ai tué mon dernier post. C'est la première fois... je ne pouvais pas supporter ce j'avais écrit. J'ai déjà entendu l'histoire de certains qui devinrent fous après avoir relu leur journal intime. De quinze à dix-huit ans, j'en ai tenu un car j'avais remarqué que j'oubliais beaucoup de choses de mon enfance et de mon adolescence... J'ai préféré arrêter car effectivement, je ne supportais pas de lire ce que j'avais été...

  • Ne pas penser

    Aujourd'hui, j'ai évité de penser ; je me suis noyé dans mon boulot, dans la grève des trains, dans la musique de mon balladeur. Demain, demain peut-être, j'essayerai de faire le vide en moi et voir comment je peux sortir la tête de l'eau. Aujourd'hui, je vais me plonger dans un mauvais film américain ou faire du vélo d'appartement, faire quelque chose, surtout, et ne pas penser.

  • Réflexion existentielle du jour

    Que serait-on sans internet?

    Rien je suppose vu que la plupart de ceux qui y broient du noir n'existent qu'à travers lui. Les autres y exhibent leurs joies mais vivent aussi quelque chose dehors et ces joies sont leur moteur en ce qui concerne leur écriture...

    Alors voilà, pourquoi suis-je donc si morose... J'avais pris congé aujourd'hui afin de voir un médecin spécialiste et j'ai appris qu'après les tests que j'ai subis, je ne pourrai jamais avoir d'enfant (suite à une bisbrouille dans mes chromosomes à la naissance). Yeah ! Encore une nouvelle qui va dans le sens de toutes les calamités qui m'arrivent en ce moment. Pour l'instant, je ne parviens pas à conceptualiser le fait que je n'aurai jamais de descendance, il me faut de temps. Cependant, dans l'immédiat, je vois que cela va encore un peu plus me handicaper dans la recherche de l'âme soeur car qui connaît une femme qui ne veut pas d'enfant... elles sont si rares... la seule possibilité est de tomber sur une femme qui a déjà des enfants (comme ma dernière petite amie) mais cela pose d'autres problèmes dont l'horreur de la fonction de Beau-père.

    Pour finir sur une note optimiste, je dirais que j'ai de la chance de ne pas vivre en Irak, c'est la seule chose que j'aie trouvée pour me remonter le moral.

  • Mobilisation

    Drôle d'époque pour moi en ce moment ; mes amis se mobilisent pour me trouver une compagne... Ils ont tous une fille qu'ils connaissent, qui est célibataire et qui est, d'après eux, faite pour moi ! A priori, cela me donne beaucoup d'espoir. A posteriori, souvent du désespoir car la rencontre se révèle artificielle et même parfois très gênante à la fois pour moi ainsi que pour la fille qui se demande ce qu'elle fait là.

    Pour revenir à un commentaire que j'ai laissé sur le site de Blick, chaque casserole n'a pas son couvercle... sinon, pourquoi tant de solitudes dans cette société ?