Actualité

  • Légalisme

    Que dire ce soir? La Belgique va peut-être exploser demain. J'espère secrètement un rattachement à la France dans ce cas. A une nation de grands vins. Je perdrai mon travail, il faudra en retrouver un autre. Enfin, nous sommes encore dans l'hypothétique futur mais il se rapproche à grand pas.

    Sinon, toujours cette impression d'être à côté de la vie normale. Oui, ce concept de normalité qui me colle à la peau même s'il n'est qu'une abstraction, une construction de l'esprit.

    Allez hop, un petit Cure pendant que j'écris ceci... "Disintegration", morceau de 8 minutes, morceau qui symbolise le passage d'une décennie à une autre, pour un être humain. Aujourd'hui, encore une manifestation des sans-papiers près d'où je travaille. Cela ne m'émeut pas. Dans ce sujet, je n'ai aucune fibre sociale. Avec le temps, je suis devenu assez légaliste. Mon grand-père est venu en Belgique comme immigré mais il faisait partie d'un contingent d'italiens, livrés par contrat. S'il n'avait pas voulu descendre dans la mine, on l'aurait remis illico sur le train, comme c'est arrivé à d'autres. Les illégaux aujourd'hui réclament leurs droits mais ne parle jamais de leur devoirs... et leur premier devoir est de respecter la Loi, comme chaque citoyen de ce pays est tenu de le faire. Bref, cela m'énerve. Devins-je réactionnaire ? Il est loin le temps où je cachais un drapeau communiste dans mon portefeuille. Depuis, il est vrai que j'ai appris que les communistes ont fait autant de morts que les nazis. Tous les extrémismes sont mauvais, de droite ou de gauche ; ils se valent. Et je suis devenu légaliste (du moins tant que la loi est votée par des partis démocratiques). Est-ce cela devenir vieux ? Peut-être car être légaliste, cela coupe toutes les utopies. Je ne suis pas pour les frontières ouvertes ; par contre, je suis d'accord avec l'immigration économique, comme au Canada. Ma soeur est partie travailler au Canada comme travailleuse immigrée. Elle y réussit plutôt pas mal. La différence avec nos illégaux est qu'elle n'a pas forcée la porte du pays mais qu'elle y est rentrée sous conditions. Elle a été choisie. Ce système permet de faire plaisir à certains tout en conservant un contrôle et permet de conserver le système de sécurité sociale et à un équilibre de la société. Eh oui, tout occidental que je suis, je tiens à mon confort, à notre sécurité sociale. L'équilibre est fragile. Bref, je pense que je suis de tendance libérale après avoir été, à 16 ans, un communiste de pacotille. C'était la minute politique.

  • Manifestation pour l'unité

    J'ai longtemps réfléchi pour savoir si j'allais aller à la manifestation aujourd'hui à Bruxelles pour l'unité de la Belgique. Après avoir lu de nombreux éditoriaux francophones sérieux, après avoir beaucoup réfléchi, j'ai décidé de ne pas y aller. A l'analyse, cela me paraissait dangereux. En effet, s'il y a une majorité de francophones à cette manifestation, comme, malheureusement cela semble être le cas à l'heure qu'il est, cela pourrait avoir une espèce de valeur de référendum : cela serait dangereux car si seuls les francophones continuent à être attachés à la Belgique unitaire, alors il n'y a plus d'avenir pour le pays. En outre, il ne faut pas non plus que les francophones apparaissent comme seuls demandeurs, sinon ce serait également humiliant. Y a-t-il encore assez de bonnes volonté de chaque côté, c'est cela qu'il faut voir. A ce point de vue, je suis de plus en plus pessimiste, d'autant plus que les médias en rajoutent et que certains se laissent manipuler par ces mêmes médias, des deux côtés de la frontière linguistique.

  • .be

    Le malaise de la fin de la Belgique me reprend. Je ne sais pas pourquoi je le ressens ainsi mais le résultat est là, je suis mal et plus bon à rien. Je n'arrive pas à me réjouir de mon achat d'aujourd'hui, à savoir une belle et grande armoire à vin qui est là, à côté de moi, bien au chaud. Je n'aime pas ces périodes d'insécurité. Cela m'aide à comprendre ce que cela doit être de vivre dans des régimes instables. Content en tous cas de ne pas être né birman, rwandais ou géorgien. Cette montée de ton entre les deux communautés ne me dit rien que vaille.

  • Fin de la Belgique?

    Que font nos hommes politiques aujourd'hui ? Ils sont peut-être en train de foutre en l'air notre pays. Je pense qu'il y a des fautes et des incompréhensions des deux côtés, surtout au niveau politique. Les gens normaux que nous sommes n'ont que peu d'envie je crois, que cette Belgique que nous connaissons aujourd'hui, disparaisse.

    Si tel était le cas, ma vie serait profondément modifiée au niveau professionnel car je travaille pour l'état fédéral ; j'ai peut-être peur du changement mais je dois avouer que cela m'inquiète beaucoup. Peut-être perdrais-je d'ailleurs tout simplement mon travail ? Et la Wallonie, qui va s'en occuper ? Le PS ? Cela fait peur...

    Il ne me reste plus qu'à suivre les actualités ; ce qui est frustrant est de n'avoir aucun moyen de faire quoi que ce soit. ILS décident pour nous et nous n'avons aucun poids. Peut-être devrait -il y avoir un genre de marche sur Bruxelles pour la survie de la Belgique. Que nos hommes politiques voient que beaucoup de citoyens y sont attachés... et quel gâchis ce serait sur une terre qui tend à la mondialisation de devenir une minuscule entité comme la Wallonie.

    Congé aujourd'hui car hier, une sortie était programmée. Expo, resto, sortie après avec des amis de l'unif. On était quinze. Il faut dire que nous sommes encore une bonne équipe d'amies et d'ami qui, malgré l'âge avançant, est très soudée. C'est une grande chance que j'ai là car s'ils n'étaient pas là, et avec ma courte famille, la solitude aurait été beaucoup plus pesante qu'aujourd'hui. Bon il ne me reste plus qu'à attendre que les événements se passent...